«Official Secrets»: l’arme de Katherine Gun

Cette Britannique n’avait guère l’étoffe d’une militante, encore moins d’une pasionaria pour la paix mondiale, même si l’on sait maintenant que son parcours l’a menée, très jeune, dans plusieurs pays, maîtrisant plus d’une langue, dont le mandarin. Sa vie (relativement) sans histoire, si ce n’est son mariage avec un Kurde de Turquie pour lui éviter la déportation, allait, l’espace d’un courriel, prendre une trajectoire spectaculaire aux répercussions internationales.

En 2003, époque empreinte de paranoïa et assourdie par les vociférations des va-t-en-guerre contre l’Irak, Katherine Gun travaillait à la retranscription de conversations privées pour les services secrets anglais, dans le but de traquer les terroristes. Une note interne sommait les employés de rechercher des éléments compromettants sur des représentants de cinq pays siégeant au Conseil de sécurité des Nations unies, permettant ainsi aux États-Unis et à la Grande-Bretagne de faire pression sur eux pour voter en faveur de l’invasion de l’Irak.

Si la chose est maintenant de notoriété publique, c’est que Katherine Gun, par naïveté autant que par idéalisme, a réussi à dévoiler cette manoeuvre au grand jour, un acte, et ses répercussions, qu’illustre Gavin Hood dans Official Secrets. Le cinéaste n’en est pas à son premier réquisitoire contre le caractère impitoyable des gouvernements tout-puissants (Rendition, Eye in the Sky), et il revient à la charge en décrivant le chemin de croix de cette héroïne improbable, interprétée par Keira Knightley avec l’assurance et l’élégance qu’on lui connaît, ici le plus souvent effacée, pour ne pas dire traquée.

Valse à trois temps

Son courage et son sacrifice constituent le coeur de cette histoire, mais le personnage n’est qu’un des maillons de ce récit en trois blocs distincts, rarement entremêlés, alors qu’une fois la fameuse note envoyée à des intermédiaires, l’affaire prend une tournure à la All the President’s Men dans les bureaux de l’hebdomadaire The Observer (avec à la clé une scène dans un stationnement souterrain !). Leurs braves journalistes sortiront la nouvelle du complot sans connaître leur source, ayant ainsi une longueur de retard sur un cabinet d’avocats spécialisé en droits humains.

Photo: Les Films Séville

Cette valse à trois temps permet à Gavin Hood de varier les poncifs, ceux liés aux preux chevaliers du journalisme (plusieurs acteurs se partagent la tâche de couvrir tous les styles : du premier de classe au délinquant fort en gueule), et ceux du monde juridique, effets de toge et discours lénifiants à l’appui, tâche dévolue à Ralph Fiennes, impeccable mais prévisible.

Quant à la figure sacrificielle de Katherine Gun, les scénaristes Gregory et Sara Bernstein insistent beaucoup sur son tempérament impulsif, ses actions étant dictées par son indignation, alimentée par une écoute boulimique des nouvelles télévisées, mais aussi son insouciance, croyant que son anonymat serait protégé. Pour une femme dont la tâche est d’espionner les conversations téléphoniques, sa candeur est admirable…

Mémoires oublieuses

Official Secrets s’inscrit dans cette lignée de plaidoyers cinématographiques pour nos mémoires oublieuses, épinglant les forces obscures derrière la raison d’État, pas toujours en concordance avec les intérêts des citoyens — qui à cette époque n’ont jamais autant crié dans les rues leur opposition à cette guerre inutile. En filigrane, c’est une oeuvre au ton ironique sur le jeu politique, faisant défiler les mines patibulaires de Tony Blair, Georges W. Bush et Colin Powell, débitant ce que l’on peut qualifier aujourd’hui de mensonges éhontés. L’arme de Katherine Gun n’a pas suffi à changer le cours de l’histoire, mais plusieurs pourraient y voir une héroïne du temps présent, car les manoeuvres douteuses des puissants se déploient encore avec la même violence, avec en prime une dose pleinement assumée de crétinisme souriant.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Official Secrets

★★★

Drame biographique de Gavin Hood. Avec Keira Knightley, Matthew Goode, Ralph Fiennes, Matt Smith. Grande-Bretagne / États-Unis, 2019, 112 min.