Soleils noirs

Avec le documentaire Soleils noirs, le réalisateur Julien Élie (Le dernier repas) fait tout un retour sur les écrans. Lui qui n’avait rien proposé en plus de 15 ans plonge non sans risques, et en noir et blanc, dans un Mexique miné par les disparitions et les meurtres non résolus. Le récit prend son origine dans Ciudad Juárez, ville célèbre depuis les féminicides des années 1990. Depuis, et partout au pays, les victimes se comptent parmi les journalistes, les migrants, les ouvriers, les étudiants. Plutôt que de montrer l’ennemi et le sordide de ses crimes, le documentariste construit sa trame comme un suspense en six chapitres. La peur est constante, les témoignages, troublants, mais au bout des « soleils noirs » brille une lumineuse rage de vivre.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Soleils noirs

★★★ 1/2

Documentaire de Julien Élie, Québec, 2018, 154 minutes