Le coupable

Réclame pour le maintien des cours de philosophie au cégep ? Ce n’était pas du tout l’ambition d’Onur Karaman qui, après La ferme des humains et Là où Atilla passe, continue son exploration d’une jeunesse en déroute entourée d’adultes cherchant aussi des réponses à leurs questions, et surtout une bouée pour éviter le naufrage. Dans un récit où les destins s’enchevêtrent, parfois de manière laborieuse, chaque personnage oscille entre la révolte et le déni, tous esseulés au milieu d’un univers dépouillé aux couleurs blafardes. À travers les propos d’un professeur de philosophie se déploie une réflexion sur notre responsabilité face au mal et à l’injustice. Les personnages du film n’ont pas de réponses toutes faites, et les philosophes s’en réjouiront.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

La coupable

★★★

Drame psychologique d’Onur Karaman. Avec Sylvio Arriola, Isabelle Guérard, Camille Massicotte, Solo Fugère. Québec, 2019, 77 min.