La version nouvelle

Pour ceux qui en douteraient encore, Marguerite Duras n’a jamais quitté le devant de la scène, vivant à travers une foule de créateurs qui s’inspirent de ses thèmes, dont l’absence, et de sa démarche, énigmatique et elliptique. Michael Yaroshevsky fait partie de ceux-là, et la chose apparaît évidente devant son premier long métrage, au croisement de la fiction et du documentaire d’observation. Dans un appartement d’une blancheur immaculée, une monteuse (Sophie Desmarais, ici en figure éthérée) tente d’assembler les images d’un film alors que le réalisateur brille par son absence. De ce drôle de manège se déroulant dans un espace clos, ponctué de scènes dérobées en Russie ou au Japon (les lieux précis ne sont jamais mentionnés), émanent une évidente mélancolie, une esthétique savamment étudiée, et des influences quelque peu écrasantes.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

La version nouvelle

★★★

Film d’essai de Michael Yaroshevsky, avec Sophie Desmarais. Québec, 2018, 70 min.