Luce

Ce film kaléidoscopique de l’Américain Julius Onah, d’après la pièce de J.C. Lee, parvient avec un habile jeu d’ellipses à ouvrir des abîmes entre les perceptions d’un adolescent noir adopté, ancien enfant soldat (Kelvin Harrison Jr.) devenu élève modèle, ses parents libéraux pris au piège de ses mensonges et demi-vérités (Naomi Watts et Tom Roth) et son enseignante (fantastique Octavie Spencer), qui le soupçonne de se radicaliser. Sans fournir de réponses, posant des questions lancinantes sur la vérité, le mensonge, le pouvoir, les conflits raciaux, les préjugés, la pression exercée sur autrui pour le faire entrer dans un moule, le film, doté d’une bande sonore de pulsation, fait éclater brillamment l’édifice des certitudes.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Luce

★★★★

Drame identitaire de Julius Onah. Avec Octavia Spencer, Naomi Watts et Kelvin Harrison Jr. États-Unis 2019. 109 minutes.