Cold Case Hammarskjöld

Le cinéaste Sydney Pollack a déjà fait du siège des Nations unies à New York un terrain de jeu bourré d’espions et de mercenaires dans The Interpreter. Ce n’est pas d’hier que l’ONU grouille d’intrigues shakespeariennes, l’une des plus célèbres étant la mort tragique et suspecte du secrétaire général Dag Hammarskjöld en 1961, un accident d’avion aux allures d’assassinat politique. Retrouver ceux qui ont fait cette sale besogne apparaît secondaire pour le documentariste danois Mads Brügger, de plus en plus happé par les ramifications multiples et complexes de cette affaire. Car elle mélange les ennemis de la décolonisation africaine, les suprémacistes blancs, les espions sans scrupule et des autorités politiques cachées derrière leur mutisme. Une enquête fascinante, mais parfois parasitée par le narcissisme d’un cinéaste se prenant à la fois pour Michael Moore et pour Werner Herzog — il n’arrive pas à leur cheville, mais il réussit tout de même à nous captiver et à nous donner froid dans le dos.

Notre critique complète

Horaire en salles
 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Cold Case Hammarskjöld

★★★ 1/2

Documentaire de Mads Brügger. Danemark -Belgique -Norvège -Suède, 2015, 124 minutes.