«Fabuleuses», ou l’amitié, au-delà du réseau social

À l’avant-plan, la productrice de Fabuleuses, Nicole Robert, puis, derrière, les comédiennes Noémie O'Farrell, Juliette Gosselin, Mounia Zahzam et la réalisatrice Mélanie Charbonneau
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir À l’avant-plan, la productrice de Fabuleuses, Nicole Robert, puis, derrière, les comédiennes Noémie O'Farrell, Juliette Gosselin, Mounia Zahzam et la réalisatrice Mélanie Charbonneau

La course aux likes, aux followers et au succès d’estime par les réseaux sociaux, les personnages de Fabuleuses la vivent de bien des manières. Clara, l’influenceuse, y est entièrement engagée. Laurie songe à en grossir les rangs, pour lancer sa carrière. Élisabeth, elle, s’en tient loin.

Malgré leurs différences et la distance qui les sépare, les trois femmes dans la vingtaine cohabitent dans le même univers. Tôt ou tard, elles finiront par se rejoindre.

« Ce qui reste, c’est l’amitié. Des liens réels se créent à travers les réseaux sociaux. On est ensemble, on s’aide », affirme la réalisatrice Mélanie Charbonneau, en pensant à une scène synthèse où le trio monte un escalier avec un divan.

« Cette scène est jouissive, confie-t-elle. C’est moi et mes chums de filles. Sans hommes. Enwèye, on pousse ! »

Ce premier long métrage découle d’une websérie, Les stagiaires (2014-2015), campée dans l’univers de la mode et d’un magazine baptisé Fabuleuse. Comme pour le film, Mélanie Charbonneau a écrit le scénario avec l’auteure, et aussi amie, Geneviève Pettersen.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir

Elles ont voulu « pousser plus loin » les thèmes de l’amitié et des premiers emplois. La réalisatrice, qui a vécu l’euphorie de la « célébrité instantanée » en 2006 — « la première vidéo virale au Québec » —, tenait à intégrer sa fascination pour le Web et à mettre en images la découverte de l’âge adulte au féminin.

« C’était important de montrer ce que ça veut dire, avoir 20 ans », commente celle qui n’a pas cherché à éviter « le sexe hardcore ». « Quand tu as 20 ans et [que tu] essaies de devenir une adulte, celles qui t’aident, ce sont tes amies. C’est ton filet. »

Trois rapports

À les voir en chair et en os, complices dans le rire et les anecdotes de tournage, les trois « fabuleuses » affichent une réelle amitié. Faut croire que la fiction peut rejoindre la réalité. À l’instar de leurs personnages, elles sont différentes, y compris dans leurs rapports aux Instagram du monde. Juliette Gosselin (1991) joue Clara, vedette des réseaux sociaux. Elle est la plus active des trois.

Le film lui a permis de constater qu’elle angoissait si le nombre de likes n’était pas à la hauteur de ses attentes. « Je me suis setté des limites, dit celle qui anglicise son langage dans la vie comme à l’écran. Je n’avais plus le droit de regarder mon cellulaire avant d’avoir bu l’entièreté de mon premier café. »

À l’autre extrême, Mounia Zahzam (MED) incarne une Élisabeth féministe dans l’âme et peu friande des réseaux. Dans sa vie, elle est à l’étape de l’apprentissage. « Mounia est comme un papa dans Instagram, qui ne sait pas comment ça marche », dit Juliette Gosselin, sous un vacarme de rires.

« Je suis comme vous, reprend la principale intéressée. J’essaie des choses, je cherche mon personnage Instagram. »

Entre les deux, la Laurie du film, Noémie O’Farrell (Jérémie), voit dans les réseaux sociaux un bon outil pour promouvoir ses projets professionnels. Très présente au théâtre, elle admet sa maladresse avec la technologie.

Ce matin, elles avaient pris « 600 photos de nous ». « Noémie choisit toujours le coin le plus sombre », révèle sa collègue experte.

« Nous avons des moments où on tombe dedans, admet Juliette Gosselin. Le film pose justement la question. Pourquoi on le fait, qu’est-ce qui nous attire ? Il parle de ça, sans [porter de] jugement. »

Éventail de femmes

« J’avais envie de comprendre le phénomène et de ne pas juger », confirme Mélanie Charbonneau. Elle estime facile de faire dans la « modophobie », terme qu’elle emprunte à l’auteur Thomas O. St-Pierre (Miley Cyrus et les malheureux du siècle : défense de notre époque et de sa jeunesse) pour désigner l’envie de détester son époque.

Celle qui a consacré des heures à des youtubeurs — « je suis tombée dans le vortex » — reconnaît que cet univers ne vient pas sans paradoxes. Le vide et la surdose de production existent. Mais aussi des gens qui embrassent des causes. Elle admire aussi l’audace de celles qui se montrent sans filtres.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir

Mélanie Charbonneau ne prétend pas définir ni l’influenceuse ni son admiratrice. Ni ce qui est bien ou mal. Sa coscénariste et elle ont tenu à dresser un éventail de personnalités, à « parler des femmes qui nous ressemblent ».

Le résultat à l’écran, concède l’auteure de courts métrages, traduit le travail d’écriture de « deux femmes différentes », sans ego. « Geneviève, sa force, ce sont les dialogues, les voix des personnages. Moi, c’est la structure. »

Le trio Clara-Laurie-Élisabeth est un tout équilibré. La structure narrative, comme le dit son auteure, « c’est l’élève qui dépasse le maître », avec un troisième personnage médiateur.

« Ce sont trois voix à l’intérieur de pas mal de femmes. On avait envie de parler de nos paradoxes », dit celle qui donne en exemple le besoin de s’affirmer, l’ambition et le souci de l’apparence.

Mélanie Charbonneau ne voulait pas faire un film Instagram, où tout est beau et soigné. Adepte, dit-elle, du « bordel ambiant », elle filme la société telle qu’elle est, baroque, bigarrée.

C’est par son rythme que Fabuleuses s’inscrit dans l’approche instagramable. « La réalisation a quelque chose des stories Instagram, [du principe] de passer d’une idée à l’autre, dit-elle, en claquant des doigts. On passe d’une scène à l’autre, sans poser de questions. On rentre dedans. »

La course au succès est présente, mais ne jugez personne, prie la réalisatrice. « Tu peux être influenceuse ou néoféministe. Ou les deux et avoir le droit d’exister. »

Fabuleuses prend l’affiche le 21 août.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.