Feu à Tel-Aviv (V.F. de Tel-Aviv on Fire)

La télévision pourrait-elle accélérer un chimérique processus de paix entre Israéliens et Palestiniens ? Dans cette comédie efficace mais peu corrosive, le cinéaste palestinien Sameh Zoabi en fait l’idyllique démonstration. Le tournage d’un soap opera dont l’action se situe en 1967, peu de temps avant la guerre des Six Jours, se transforme au gré des aléas de l’existence d’un apprenti scénariste, en partie influencé par un capitaine de l’armée israélienne qui ne se reconnaît pas dans ce téléroman tourné à Ramallah. Au fil des épisodes, et sur un plateau où le chaos est permanent, les artisans semblent eux-mêmes plongés dans un mauvais feuilleton. Feu à Tel-Aviv prouve au moins qu’il est possible de provoquer quelques rires en abordant un sujet aussi tragique, et interminable, que le conflit israélo-palestinien.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Feu à Tel-Aviv (V.F. de Tel-Aviv on Fire)

★★★

Comédie de Sameh Zoabi. Avec Kais Nashef, Lubna Azabal, Yaniv Biton, Maisa Abd Elhadi. Israël-Belgique-France-Luxembourg, 2018, 97 min.