Nos vies formidables

Le manque est la montagne à escalader pour permettre au toxicomane de se sevrer. C’est le premier mur auquel les personnes qui entreprennent une désintoxication doivent faire face. Margot, le personnage du film, n’y échappe pas. Le film raconte son chemin vers la désintoxication, au milieu d’un groupe qui vit des difficultés semblables. Nos vies formidables explore surtout le processus d’adhésion au groupe par lequel les toxicomanes arrivent à s’entraider. Si la présence d’un authentique thérapeute dans la distribution donne de la crédibilité à l’ensemble, il y a un risque à tenter de résumer ce processus dans une trame narrative. À mi-chemin entre le documentaire et la fiction, le film perd un peu de la force potentielle des deux genres. Il a cependant le mérite de permettre au grand public de comprendre de l’intérieur les enjeux de ce type de thérapie.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Nos vies formidables

★★★

Drame de Fabienne Godet. Avec Julie Moulier, France, 2019, 117 minutes.