Les crevettes pailletées

Après avoir tenu des propos homophobes, Matthias, un nageur hétéro, est forcé d’entraîner une équipe de water-polo gaie. Au contact de ces sportifs aussi amateurs qu’exubérants, il deviendra un homme meilleur, évidemment. Évidemment, car dans cette comédie bien intentionnée mais hyperprévisible, chaque développement est attendu. Épousant la perspective « hétéro-récalcitrante » de Matthias, le récit s’emploie à prouver, en usant de clichés et de didactisme, que les gais sont, en somme, du bon monde. Entendu, tout cela est louable, mais ça ne fait pas un film réussi pour autant. Au moins la réalisation est-elle inventive, camouflant les limites d’un budget qu’on devine pas énorme. Le rythme est en revanche inégal, quoique la finale ne manque pas de tirer rires et larmes à égales mesures. À terme, toutefois, le film s’avère trop préoccupé d’édifier pour convaincre.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Les crevettes pailletées

★★

Comédie dramatique de Maxime Govare et Cédric Le Gallo. Avec Nicolas Gob, Alban Lenoir, Michaël Abiteboul, David Baiot, Romain Lancry. France, 2019, 100 minutes.