Le mariage d’adieu

Sous prétexte de la préserver, la famille entière de Nai Nai décide de lui cacher qu’elle se meurt d’un cancer. Une décision avec laquelle sa petite-fille Billi, qui est très proche de sa grand-mère malgré la distance qui les sépare, est farouchement en désaccord : c’est là le très efficace moteur dramatique du Mariage d’adieu. De la mystification naît un cauchemar logistique que la cinéaste Lulu Wang traite avec un mélange irrésistible de drôlerie et de mélancolie. L’intrigue navigue habilement entre drame et comédie, avec en outre des passages quasi oniriques très brefs et très beaux. À ce propos, la facture pourra paraître sans prétention sur le coup, mais un réel travail visuel est à l’oeuvre. Enfin, si le film est si réussi, c’est en grande partie grâce à l’interprétation mémorable d’Awkwafina. Un film à chérir.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le mariage d'adieu

★★★★

Étude de moeurs de Lulu Wang. Avec Awkwafina, Tzi Ma, Diana Lin, Zhao Shuzhen, Lu Hong. États-Unis, 2019, 98 minutes.