Maiden

À moins d’être passionné de courses nautiques, le triomphe improbable de l’équipage du yacht Maiden en 1989 vous a sans doute complètement échappé. Le documentariste anglais Alex Holmes fait revivre cette extraordinaire page d’histoire, victoire féministe dans un milieu réputé machiste. Le coeur et l’âme de cette entreprise périlleuse, Tracy Edwards, 26 ans, ne voulait surtout pas se définir comme féministe : elle l’est devenue, comme tant d’autres, à la sueur de son front, voire au péril de sa vie. Trente ans plus tard, elle revisite cet exploit remarquable, et quelques-unes des 12 membres de cette équipée entièrement féminine, une première, reviennent sur les hauts et les bas de cette périlleuse traversée des eaux. Une grande leçon de courage, l’exemple éloquent de ce que disait l’écrivain Mark Twain, que l’on se permettra de paraphraser ici : « [Elles] ne savaient pas que c’était impossible, alors [elles] l’ont fait. »

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Maiden

★★★ 1/2

Documentaire d’Alex Holmes. Grande-Bretagne, 2018, 97 minutes.