L’art de l’autodéfense (V.F. de The Art of Self-Defense )

Les amateurs d’arts martiaux risquent d’être à la fois déçus, choqués, et surtout lassés devant les aventures de ce perdant congénital égaré dans une école de karaté. Jesse Eisenberg le défend avec son aisance habituelle, ce qui n’est pas une grande surprise. Comptable sans envergure, tabassé par une bande de motards, sa confiance réduite en miettes, il se laisse séduire par les méthodes peu orthodoxes d’un maître charismatique (Alessandro Nivola, un choix plus audacieux), découvrant qu’il n’a pas échoué là par hasard. Riley Stearns observe ici la banalité et l’ennui, montrant aussi les démons qui grouillent sous la surface trop lisse de cet environnement anonyme, mais la démonstration est à l’image ennuyeuse de son antihéros.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

The Art of Self-Defense (VF : L’Art de l’autodéfense)

★★ 1/2

Comédie de Riley Stearns. Avec Jesse Eisenberg, Alessandro Nivola, Imogen Poots, Steve Terada. États-Unis, 2019, 104 minutes.