The Last Black Man in San Francisco

Le dernier homme noir de San Francisco s’appelle Jimmie, un grand rêveur, convaincu qu’une riche demeure lui revient de droit. Il fera tout pour en prendre possession, et en prendre soin, entraînant avec lui son meilleur ami, un dramaturge en puissance. Leur squat ne durera qu’un temps, mais leur bataille mettra en lumière des inégalités raciales. Portée par une authentique charge sociale et une belle envolée poétique, cette fiction est réalisée par Joe Talbot et écrite par lui-même et son acteur principal, Jimmie Fails. Deux amis, comme dans le film, qui rêvent d’un meilleur monde pour leur communauté. Malgré le ton un peu mièvre, la sincérité du rêve rend le film attachant.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

The Last Black Man in San Francisco

★★★

Drame de Joe Talbot. États-Unis, 2019, 121 minutes.