Toni Morrison: The Pieces I Am

Toni Morrison écrit-elle uniquement pour les Afro-Américains ? Ses détracteurs le pensent encore, mais un peu partout à travers le monde, les admirateurs de Morrison, dont le nom est associé à des romans comme The Bluest Eye, Beloved, Paradise, savent à quel point elle transcende l’expérience de son peuple pour atteindre l’essence même de la condition humaine. Depuis toujours amoureuse des mots, elle qui en a connu très jeune toute la puissance, la romancière a démarré sa carrière assez tard, mais elle avait déjà plus d’une vie avant la parution de son premier roman en 1970 : mère célibataire, professeure, éditrice, etc. Ce parcours exceptionnel, le documentariste Timothy Greenfield-Sanders en relate les grands moments, entourant la principale intéressée d’une cour admirative, mais s’attardant beaucoup sur les questions fondamentales entourant le processus d’écriture, et la responsabilité de l’écrivain par rapport à son milieu. Images d’archives, photos éloquentes, illustrations inspirantes, tout est au service de cette femme exceptionnelle, et pas seulement à cause des prix prestigieux, dont le Nobel, qui ont jalonné sa carrière.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Toni Morrison : The Pieces I Am

★★★★

Documentaire de Timothy Greenfield-Sanders. États-Unis, 2019, 120 minutes.