Marianne & Leonard: Words of Love

Être amoureuse de Leonard Cohen avait un prix, et il était élevé. Marianne, celle, oui, de So Long, Marianne, le connaît, et de sa première rencontre avec Cohen au début des années 1960 jusqu’à leur mort en 2016, à trois mois d’écart, cette belle Norvégienne va passer son existence à vivre dans son ombre, et dans l’attente. Nick Broomfield raconte leur union fulgurante sur une île grecque, le climat insouciant qui régnait à l’époque et leurs cicatrices de cette période intense. Films de vacances, extraits d’entrevues, de documentaires et de spectacles, l’oeuvre du célèbre poète et chanteur montréalais se présente ici sous un autre éclairage, parfois tragique. Quant à Marianne, après bien des souffrances, elle décida de retourner vivre à Oslo, emportant avec elle une tonne de souvenirs, et autant d’amertume. Ce portrait remarquable, envoûtant et mélancolique montre à quel point le rôle de muse peut s’avérer dangereux et douloureux.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Marianne Leonard : Words of Love

★★★★

Documentaire de Nick Broomfield. États-Unis, 2019, 97 minutes.