Québec investit 2,6 millions de dollars dans l'industrie des effets spéciaux

L’entreprise montréalaise RodéoFX vient de signer 75% des effets spéciaux de la troisième saison de la série «Stranger Things».
Photo: Netflix L’entreprise montréalaise RodéoFX vient de signer 75% des effets spéciaux de la troisième saison de la série «Stranger Things».

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé mardi une subvention de 2,6 millions pour la création d’emplois et la formation dans le domaine des effets spéciaux.

Ce sont les compagnies RodeoFX et Scanline VFX qui bénéficieront de ces fonds. Le gros de cette subvention, soit 2 millions de dollars, ira à Rodeo Fx, pour la création de 302 emplois, et pour la formation de 300 de ses employés actuels. La compagnie, fondée à Montréal par trois personnes dans un sous-sol en 2006, compte présentement 500 employés.

Elle vient notamment de signer 75 % des effets spéciaux de la troisième saison de la série Stranger Things. « On a fait toutes les créatures de la saison 3 de Stranger Things », dit le fondateur de l’entreprise Sébastien Moreau. La compagnie travaille aussi présentement, notamment, aux effets spéciaux du film It, inspiré du roman de Stephen King.

Formation

« 88 % de nos employés sont au Québec, principalement à Montréal », précise la chef de la direction financière de l’entreprise, Suzanne Bertrand. « On a une soixantaine d’employés à Québec. Et nos bureaux à l’extérieur [Munich, Los Angeles], regroupent une quarantaine d’employés ». « On veut investir massivement dans la formation », poursuit Sébastien Moreau, qui ajoute que tous les emplois couverts par la subvention sont offerts au Québec. « Ce sont des emplois d’artistes d’effets visuels, d’animateurs, de producteurs ». Si les employés de RodeoFX ont souvent une formation de base à leur arrivée dans l’entreprise, il faut souvent leur fournir une formation complémentaire, notamment pour habiliter les employés à travailler sur l’équipement spécialisé.

Les 670 000 dollars restants de la subvention iront à la compagnie allemande, Scanlife VFX, qui s’est établie à Montréal il y a peu de temps. Cette subvention permettra à la compagnie de croître de 20 à 200 emplois, expliquait mardi le ministre Jean Boulet. Ces employés seront formés pour travailler spécifiquement sur les équipements de la compagnie Scanline VFX, ce qui devrait mener à la stabilisation des emplois, poursuit le ministre. M. Boulet aime préciser que le salaire moyen de ces emplois est de 63 500 $ par année et que la moyenne d’âge est de 26 ans. En ce sens, il ajoute que ces emplois entrent dans la catégorie des « emplois de qualité » visés par le gouvernement Legault. La subvention vise aussi à pallier la pénurie de main-d’oeuvre qui sévit au Québec.

La subvention ne couvrira par ailleurs que 25 % des coûts de formation des employés, les trois quarts restants étant assumés par les entreprises.