Instant Dreams

Le Polaroïd, symbole du caractère instantané de la photographie, bien avant l’arrivée du téléphone intelligent. En fait, cette invention a dominé la seconde moitié du XXe siècle, et certains croyaient son règne éternel, sauf sans doute son inventeur Edwin Land, qui avait prédit l’apparition de technologies tenant dans la paume de notre main… et prenant des photos ! Dans ce documentaire mi-pédagogique, mi-poétique, trois irréductibles de cet appareil aujourd’hui en voie d’extinction tentent de le ramener à la vie (le créateur a emporté sa formule dans la tombe), visiblement nostalgique d’une technologie, mais aussi d’une époque plus insouciante que la nôtre. Entre les confidences et les exposés théoriques, le cinéaste néerlandais Willem Baptist s’amuse à recréer visuellement un processus en apparence simple, mais plus que jamais mystérieux.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Instant Dreams

★★ 1/2

Documentaire de Willem Baptist. Pays-Bas, 2017, 91 minutes.