L’extraordinaire voyage du fakir

On ne compte plus les rejetons de Jean-Pierre Jeunet, celles et ceux qui tentent de reproduire la magie unique du Fabuleux destin d’Amélie Poulain. Ken Scott (Starbuck) figure parmi eux, et la chose est palpable devant son nouveau film à saveur de conte moral et aux ambitions résolument internationales. Inspiré du roman de Romain Puértolas, il illustre les péripéties de Patel (Dhanush), un magicien détrousseur de touristes à Mumbai, dont le voyage à Paris se transformera en périple désordonné à travers le monde. L’affaire ne manque pas de couleurs, d’effets et de clins d’oeil, mais aussi d’une surdose de sentimentalisme. Une petite épopée au souffle court, évoquant parfois la crise des migrants dans sa version la plus aseptisée.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

L’extraordinaire voyage du fakir (V.F. de The Extraordinary Journey of the Fakir)

★★ 1/2

Comédie dramatique de Ken Scott. Avec Dhanush, Erin Moriarty, Bérénice Bejo, Sarah-Jeanne Labrosse. France−Inde−Belgique, 2018, 92 minutes.