Histoire de jouets 4

À l’occasion d’un voyage en caravane avec sa nouvelle propriétaire, Bonnie, le cowboy jouet Woody renoue avec Bo, une bergère ayant jadis appartenu à la soeur de son premier propriétaire. Or, chez l’antiquaire du coin, une poupée reluque le mécanisme vocal de Woody et tient en otage le jouet favori de Bonnie. Ce quatrième volet divertit, mais déçoit après que le troisième eut si magnifiquement bouclé la boucle de la série. Trop de personnages secondaires sous-utilisés et de va-et-vient entre la caravane, la boutique et un parc d’attractions (« infopub » pour Walt Disney Studios Park) imposent un rythme en dents de scie. Quant aux velléités « girl power », elles paraissent factices au vu de l’usage limité fait de la cowgirl Jessie et du traitement réservé à l’antagoniste. Cette histoire-là est celle de Woody, et elle n’était pas indispensable. Le film affiche le brio technique attendu de Pixar, mais ne convoque pas la magie des précédents.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Histoire de jouets 4 (V.F. de Toy Story 4)

★★★

Animation de John Cooley. États-Unis, 2019, 100 minutes.