L’Apollon de Gaza

Sous ses airs de traque à la Scotland Yard, L’Apollon de Gaza retrace la destinée improbable d’une statue de bronze du dieu solaire des arts et de l’amour devenue, à sa découverte, en 2013, un trésor national âprement disputé. À travers son histoire rocambolesque, Nicolas Wadimoff esquisse un portrait contrasté du rude quotidien des Gazaouis gangrené par le conflit israélo-palestinien et la pauvreté endémique. S’ajoute, en creux, une réflexion sur la valeur même de l’Histoire, ce qu’on en garde, ce qu’on en préserve. De même que sur les sacrifices qui ouvrent cette voie difficile qu’est l’exercice de mémoire. Le tout se décline avec une belle audace formelle qui permet au documentaire de rompre avec l’enfilade inévitable de têtes parlantes, prenant dès lors un ton plus engagé et, surtout, engageant.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

L’Apollon de Gaza

★★★ 1/2

Documentaire de Nicolas Wadimoff en collaboration avec Béatrice Guelpa. Québec–Suisse, 2019, 78 minutes.