Mon garçon

De passage en France, Julien, père absent, apprend que son fils Mathys vient de disparaître lors d’une classe de neige dans le massif du Vercors. Pour ses deux premiers tiers, Mon garçon se concentre sur le calvaire de cet homme rongé par culpabilité (Guillaume Canet est excellent d’intériorité tendue). Cela, sur fond de suspense à combustion lente quant au sort de l’enfant. Hélas, après avoir considéré d’intéressantes pistes, survient un troisième acte qui transforme le film en pseudo Taken à la montagne. Or, moyens et ressorts techniques ne sont pas au rendez-vous. Réalisateur de la comédie dramatique Une hirondelle a fait le printemps et de la chronique historique Joyeux Noël, Christian Carion tente ici un virage professionnel qui, à l’évidence, ne sied guère à ses sensibilités de mise en scène. Bref, ce qui débute comme un mystère psychologique prenant se conclut comme une version fauchée d’une production générique de Luc Besson.

Notre critique complète

Horaire en salles

Mon garçon

★★

Suspense de Christian Carion. Avec Guillaume Canet et Mélanie Laurent. France, 2017, 84 minutes.