X-Men. Phénix noir (V.F. de Dark Phoenix)

La principale mutation du dernier X-Men, c’est l’éjection de Bryan Singer aux commandes de cette série quasiment inusable. Simon Kinberg, nouveau venu avec une longue feuille de route comme producteur, a pris les commandes, et respecté le cahier des charges : de nouveaux visages, mais pas trop ; des péripéties à la pelle, mais aussi quelques dilemmes moraux. Tout cela baigne dans une ambiance de fin du monde, avec la présence d’une héroïne survitaminée à l’énergie solaire (Sophie Turner, guère irradiante) affrontant une extraterrestre s’appropriant les traits magnifiques de Jessica Chastain, ici glaciale comme une gestionnaire de multinationale. Pour le reste, Montréal sert une fois de plus de décor commode (New York et Paris), et les figures familières ont répondu à l’appel, même Jennifer Lawrence en Mystique. Après le couac Godzilla, l’été des blockbusters a bel et bien démarré.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

★★★

Drame fantastique de Simon Kinberg. Avec Sophie Turner, Jennifer Lawrence, Jessica Chastain, James McAvoy. États-Unis, 2019, 114 minutes.