Aladdin

Après Le livre de la jungle, La Belle et la Bête et autre Cendrillon, Disney continue d’adapter son catalogue animé en prise de vue réelle en reprenant cette fois son succès de 1992. Aladdin, jeune pickpocket, s’éprend de la princesse Jasmine, et elle de lui. Il est prisonnier de sa pauvreté, elle est oppressée par les traditions. Mais voilà qu’Aladdin met la main sur une lampe magique où est enfermé (tiens!) un génie qui lui accorde trois souhaits… En coulisse guette Jafar, le vizir fourbe du sultan qui connaît d’ores et déjà les pouvoirs de la lampe. Fort d’un héros attachant, d’une héroïne plus autodéterminée, d’un méchant étoffé, d’un génie déjanté et d’effets spéciaux spectaculaires, Aladdin devrait plaire aux petits et grands friands de merveilleux. Cela, en dépit de longueurs et d’un dernier acte qui s’embourbe.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Aladdin (V.O. et V.F.)

★★★

Fantaisie de Guy Richie. Avec Mena Massoud, Naomi Scott, Will Smith, Marwan Kenzari, États-Unis–Inde, 2019, 128 minutes.