Coup de cœur et coup de gueule en direct de la Croisette

Le film «Mektoub, My Love», d’Abdellatif Kechiche (à gauche), est la polémique de cette édition, qui manquait jusqu’ici de protestations virulentes.
Photo: Loïc Venance Agence France-Presse Le film «Mektoub, My Love», d’Abdellatif Kechiche (à gauche), est la polémique de cette édition, qui manquait jusqu’ici de protestations virulentes.

Coup de cœur: ça s'achève…

On ne veut pas vous faire le coup de la journaliste fatiguée, mais quand même…

En ce dernier jour de festival (le palmarès est samedi), faut voir ici l’épuisement gagner les festivaliers, qui grognent et râlent. Oui pour les bons films, mais ce marathon d’œuvres vues à la file qui ne vont pas nécessairement ensemble, cela crée une sensation de vertige. Alors, on se dit : vivement un peu de calme ! Ça viendra bientôt, allez…

Coup de gueule: le party de fesses de Kechiche

Les interminables scènes dans une boîte de nuit du Mektoub, My Love, qui composent l’essentiel du film de 3 heures 28 d’Abdellatif Kechiche, le cinéaste de La vie d’Adèle, nous ont saoulée. Une surdose de musique techno, de belles filles qui dansent au poteau. Le cinéaste affiche un fantasme évident pour les foufounes électriques et trépidantes. Mais pas d’histoire comme telle. Ce film a créé l’événement et, pour certains qui le jugeaient porno, le scandale. C’est la polémique de cette édition, qui manquait jusqu’ici de protestations virulentes.