Tout ce qu’il me reste de la révolution

Judith Davis a visiblement des comptes à régler, et beaucoup de choses à nous raconter. Comédienne issue d’un collectif théâtral, elle transpose dans son premier film les principes créatifs de sa bande, et leurs préoccupations sociales. Même si on peut percevoir une certaine influence godardienne, il y a tout de même de l’humour, de la tendresse familiale et de la romance dans la trajectoire de cette urbaniste au chômage qu’elle incarne avec une énergie parfois excessive. Cette chronique de notre époque à plusieurs tonalités affiche de belles têtes peu connues et des acteurs d’un autre temps (comme Mireille Perrier, celle qui traversait les premiers films de Leos Carax). Tous ces excès, comiques comme oratoires, ne sont pas toujours bien modulés, mais ce film demeure chargé de belles promesses. Cette troupe idéaliste dirait plutôt : des lendemains qui chantent !

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Tout ce qu’il me reste de la révolution

★★★

Comédie de Judith Davis. Avec Judith Davis, Malik Zidi, Claire Dumas, Simon Bakhouche. France, 2018, 88 minutes.