Les estivants

Ce n’est pas la première fois que Valéria Bruni Tedeschi plonge dans les remous de sa famille riche et célèbre pour nourrir son cinéma. Elle le fait encore, et sans vergogne, dans cette séance de pillage de références où Tchekhov, Woody Allen et Fellini sont conviés. Mais au final, tout tourne autour de son personnage, une cinéaste en panne d’inspiration et en peine d’amour, retrouvant sa tribu dans une villa de la Côte d’Azur, entourée de domestiques insatisfaits et tout aussi névrosés que leurs maîtres. Ce Downton Abbey méditerranéen va dans tous les sens, mais revient toujours à cette héroïne irritante incarnée par une cinéaste qui sait très bien s’entourer d’acteurs inspirants (dont Yolande Moreau en boniche acariâtre), mais ne sait guère contenir ses excès, aussi nombreux que lassants.

Notre critique complète

Horaire en salles

Les estivants

★★ 1/2

Comédie dramatique de Valéria Bruni Tedeschi. Avec Valéria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi, Valeria Golino, Noémie Lvovsky. France-Italie, 2018, 128 minutes.