Ask Dr Ruth

À la radio et à la télévision, Dr. Ruth contribua avec gros bon sens et humour à décoincer les mentalités eu égard à la sexualité, qu’elle sut nommer, détailler, bref, démystifier (au grand dam de bien des messieurs, images à l’appui). Tourné en bonne partie dans l’appartement que Ruth Westheimer, une survivante de l’Holocauste, occupe depuis plus de 50 ans, le documentaire de Ryan White est riche en archives et en anecdotes. Or, au-delà des faits biographiques colligés (et reconstitués en un très maladroit segment animé), le film peine à amener son sujet pourtant loquace à réellement se livrer. La faute n’incombe pas à l’interviewée, mais à l’intervieweur. C’est lumineux sur le plan humain, éclairant sur le plan sociologique, mais pas sans défauts sur le plan cinématographique. Vu les reculs en train de s’opérer aux États-Unis, faut-il rappeler combien la parole et la démarche de Ruth Westheimer demeurent importantes ?

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Ask Dr Ruth

★★★ 1/2

Documentaire de Ryan White. États-Unis, 2019, 100 minutes.