Kokoschka, œuvre-vie

Oskar Kokoschka, ça ne vous dit rien ? Non ? Quelle chance ! Grâce au documentariste suisse Michel Rodde, vous découvrirez un peintre et un sculpteur associé à l’École de Vienne, moins connu que Gustav Klimt, un de ses protecteurs, mais dont la trajectoire de vie relève parfois de l’épopée. Enfant du XXe siècle qui en a connu les privations et les bénéfices, ce portraitiste provocateur s’est vite tourné vers les déshérités et les marginaux. Il a aussi vécu des amours tumultueuses, dont avec Alma Mahler, et vu de près les horreurs des deux grandes guerres mondiales, sans compter la fureur nazie à l’égard des artistes singuliers. Ce parcours exceptionnel est évoqué avec un soin méticuleux par un cinéaste subjugué par ce corpus artistique qui en dit long sur ce siècle fou. Une illustration sans experts ni têtes parlantes, mais surtout une succession d’images magnifiques et éloquentes.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Kokoschka, oeuvre-vie

★★★★

Documentaire de Michel Rodde. Suisse, 2017, 91 minutes.