Sofia

Des peines sévères pour des relations sexuelles hors des liens sacrés du mariage : la menace plane encore au Maroc, et selon la cinéaste Meryem Benm’Barek, il n’est pas rare qu’une mère célibataire accouche dans la clandestinité, pour éviter l’opprobre et l’emprisonnement. Elle nous raconte l’histoire de l’une d’entre elles, forcée de dévoiler l’identité du père, elle d’un milieu aisé, et lui issu d’un quartier populaire de Casablanca. Ce n’est pas le seul choc que subiront ces deux familles, avec au centre Sofia (Maha Alemi), qui n’est pas qu’une simple victime des circonstances. Un portrait puissant, palpitant et nuancé d’une société en mutation, traversée par des forces contradictoires, toujours minée par un patriarcat qui empoisonne aussi la vie des hommes. Meryem Benm’Barek en fait d’ailleurs une étonnante démonstration dans une finale surprenante.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Sofia

★★★ 1/2

Drame de Meryem Benm’Barek. Avec Maha Alemi, Lubna Azabal, Sarah Perles, Faouzi Bensaïdi. France−Belgique−Qatar, 2018, 86 minutes.