Les invisibles

À Anzin, un centre pour femmes sans-abri va fermer. Trop faible taux de réinsertion, dit-on. Les travailleuses sociales ont beau dénoncer des règlements aberrants, l’adjoint au maire ne veut rien entendre (un cas d’école de mansplaining). Refusant d’abdiquer, elles optent pour la désobéissance civile, squattant un immeuble où elles offrent en secret gîte, écoute et formations à ces femmes privées de tout. Sus à la bureaucratie, place au gros bon sens. Du livre et du documentaire de Claire Lajeunie, Louis-Julien Petit a tiré une comédie dramatique lucide mais jamais misérabiliste. Les intervenantes sont jouées par des actrices, dont la merveilleuse Corinne Masiero, qui a elle-même connu la rue, et les itinérantes sont campées par de vraies sans-abri. À ces femmes déchues, on donne des surnoms de femmes célèbres, d’Édith Piaf à Simone Veil. Or, même sans ces alias flamboyants, on ne peut détacher les yeux d’elles. Invisibles : plus jamais.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Les invisibles

★★★★

Comédie dramatique de Louis-Julien Petit. Avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky, Déborah Lukumuena. France, 2018, 102 minutes.