UglyDolls: Le film (V.F. de UglyDolls)

Même avec leurs défauts de fabrication, elles sont bien mignonnes, les poupées qui peuplent cet univers coloré fabriqué par le réalisateur de Shrek 2. Beaucoup moins inspiré, mais tout de même efficace, Kelly Asbury fait ici l’apologie de la tolérance et de la singularité, évoquant un monde où certains jouets coulent des jours paisibles dans une cité perdue. Mais comme dans toute bonne quête initiatique, il suffit d’un esprit (quelque peu) rebelle pour partir à la conquête d’un nouveau monde, celui qui ouvre les portes vers l’univers des enfants cajoleurs. Sans cynisme ni humour mordant, UglyDolls emprunte davantage les postures de la comédie musicale avec ses chansons accrocheuses qui s’enfilent quasi sans interruption. Les voix en vedette n’affichent qu’un prestige limité, mais Kelly Clarkson, Janelle Monae et Nick Jonas poussent la note avec une dévotion certaine.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

UglyDolls: le film (V.F. de UglyDolls)

★★★

Film d’animation de Kelly Asbury. Avec les voix de Kelly Clarkson, Pitbull, Nick Jonas, Janelle Monae. États-Unis, 2019, 87 minutes.