Le Tarantino prêt «in extremis»

Leonardo DiCaprio dans une scène du film «Once Upon a Time… in Hollywood» de Quentin Tarantino
Photo: Andrew Cooper/Sony-Columbia Pictures Leonardo DiCaprio dans une scène du film «Once Upon a Time… in Hollywood» de Quentin Tarantino

Fin du suspense : Quentin Tarantino a rejoint jeudi la liste des prestigieux réalisateurs en compétition pour le Festival de Cannes, aux côtés de Pedro Almodóvar, de Ken Loach, des frères Dardenne et d’Abdellatif Kechiche, lequel a lui aussi été sélectionné dans la dernière ligne droite.

Le film du cinéaste américain, Once Upon a Time… in Hollywood, avec Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, est l’un des événements cinématographiques les plus attendus de 2019, qui revisite le Los Angeles de 1969 à travers l’histoire d’une vedette de télévision et de sa doublure.

Le nom de Tarantino, fidèle de la Croisette, était sur toutes les lèvres depuis plusieurs mois, mais le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, avait dit à la mi-avril que le film était encore au montage, avant d’annoncer jeudi qu’il serait bien en lice, 25 ans après Pulp Fiction, Palme d’or en 1994.

13
Au total, 13 oeuvres en lice au Festival de Cannes ont été réalisées par des cinéastes ayant déjà été dans la compétition.

« On a craint que le film, ne sortant que fin juillet, ne soit pas prêt, mais Quentin Tarantino, qui n’a pas quitté sa salle de montage depuis quatre mois, est un vrai enfant de Cannes, fidèle et ponctuel ! » a dit Thierry Frémaux.

Autre film attendu, Mektoub my Love : Intermezzo, d’Abdellatif Kechiche, Palme d’or en 2013 avec La vie d’Adèle, viendra également rejoindre la liste des 19 titres déjà annoncés en compétition à la mi-avril par les organisateurs, qui se réservaient la possibilité d’en ajouter de nouveaux.

« Il sera terminé, dans une durée annoncée de 4 heures par le réalisateur », a déclaré Thierry Frémaux, présentant cette suite de Mektoub, my Love : canto uno comme « une histoire fleuve et un portrait extraordinaire de la jeunesse des années 1990 ».

De grosses pointures

Ces deux films viennent compléter une compétition mettant à l’honneur de grosses pointures du cinéma, dont une majorité ont déjà concouru pour la Palme d’or. Sur 21 films en compétition cette année, 5 sont signés par des réalisateurs ayant déjà eu une ou deux Palmes d’or (outre Kechiche et Tarantino, les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, de retour avec Le jeune Ahmed, le Britannique Ken Loach avec Sorry we Missed You et l’Américain Terrence Malick avec Une vie cachée). C’est le nombre le plus élevé depuis la création du Festival, à égalité avec les éditions de 1982 et 1949.

Treize oeuvres sont quant à elles réalisées par des cinéastes ayant déjà été en compétition, si on leur ajoute l’Espagnol Pedro Almodóvar, l’Américain Jim Jarmusch, l’Italien Marco Bellocchio, le Sud-coréen Bong Joon-ho, le Français Arnaud Desplechin, le Québécois Xavier Dolan, le Palestinien Elia Suleiman et le Brésilien Kleber Mendonça Filho.

Les réalisateurs confirmés ne seront pas qu’en compétition cette année, mais aussi dans le jury : celui-ci comptera plusieurs représentants majeurs du cinéma d’auteur mondial, dont certains déjà en lice pour la Palme d’or ces dernières années, du Grec Yorgos Lanthimos au Français Robin Campillo, en passant par le Polonais Pawel Pawlikowski et l’Italienne Alice Rohrwacher. Le Mexicain Alejandro González Iñárritu sera le président du jury.

Outre le film de Tarantino, Leonardo DiCaprio présentera aussi un documentaire sur l’environnement qu’il produit, La glace en feu de Leila Conners.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.