Everything Outside

D’une délicatesse infinie, nourri de non-dits et de situations équivoques, Everything Outside met en scène deux personnages forcés de s’ouvrir l’un à l’autre dans un chalet isolé. Le réalisateur David Findlay, un Québécois qui livre ici son premier long métrage, donne à Louise Portal un premier rôle en anglais. Son vis-à-vis, Ahmed Muslimani, et elle offrent une prestation de haut calibre, dans un huis clos presque total où le meilleur se passe de mots, s’exprime dans le non-verbal. Le réalisateur se sert des codes du film d’horreur pour instaurer une tension, présente du début à la fin, portée par les apparences trompeuses et par un malaise digne des jeux de séduction.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Everything Outside

★★★ 1/2

Drame de David Findlay. Avec Louise Portal, Ahmed Muslimani, Kati Outinen, Québec, 2018, 77 minutes.