Diane (V.O.)

Dans une petite ville de la Nouvelle-Angleterre, Diane partage son quotidien entre l’hôpital où se meurt une amie, ses bonnes œuvres et son fils toxicomane. Ce fabuleux premier film de fiction de Kent Jones offre à Mary Kay Place le rôle de sa carrière. Elle est d’un naturel confondant, à l’instar des échanges qui se déroulent comme dans la vraie vie lorsque des gens se connaissant de longue date se parlent : ils n’ont pas à expliquer ou à mettre en contexte puisqu’ils savent. Les interprètes comblant les trous d’un regard, d’un silence, le spectateur n’y perd pas en compréhension. Le film consiste en une succession de vignettes intimistes au gré desquelles on découvre une femme pas si ordinaire que cela. À nouveau, la manière est dénuée d’affectation, atteignant un réalisme parfait. À terme, c’est quasi miraculeux qu’un film où la mort est si présente s’avère aussi vivifiant.

Notre critique complète

Horaire en salles
 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Diane (V.O.)

★★★★ 1/2

Drame de Kent Jones. Avec Mary Kay Place, Jake Lacy, Andrea Martin, Estelle Parsons, Deidre O’Connell, Glynnis O’Connor, Joyce Van Patten. États-Unis, 2018, 95 minutes.