«Avengers: Phase finale», en attendant les suites

Dans ce film, Nebula (Karen Gillan), ici avec avec War Machine (Don Cheadle), se voit octroyer davantage de temps d’écran, ce qui s’avère une excellente chose.
Photo: Marvel studios Dans ce film, Nebula (Karen Gillan), ici avec avec War Machine (Don Cheadle), se voit octroyer davantage de temps d’écran, ce qui s’avère une excellente chose.

Sorti l’an dernier à pareille date, Avengers : la guerre de l’Infini se sera essentiellement révélé être une mise en place en vue de ce très attendu Avengers : Phase finale. Très attendu, car il s’agit après tout de la conclusion de tout un pan de l’Univers cinématographique Marvel, soit la Saga de l’Infinité. L’état des lieux, pour mémoire : les Avengers, réunion de superhéros, ont échoué à empêcher Thanos, le méchant, de réunir les toutes puissantes pierres d’Infinité. Aussi ce dernier a-t-il assouvi son vil dessein de faire disparaître la moitié de la vie dans l’univers. Laissés derrière, les Iron Man, Thor, Hulk, Veuve noire et autres Capitaine America sont bien démunis lorsqu’on les retrouve après ce désastre en apparence irrévocable. Mais justement, l’est-il vraiment ?

Cet ultime opus ne perd pas de temps à plonger dans l’action, ce qui est heureux puisque le film dure trois heures qui, curieusement, filent plus vite que les deux heures et demie du précédent Avengers : la guerre de l’Infini (Avengers : Infinity War).

Sans trop en dévoiler, on se contentera de dire que le seul moyen pour les Avengers de changer le tragique présent consiste à retourner dans le passé.

Aller voir ou pas «Avengers: Phase finale»? La réponse de François Lévesque.

 

Résulte de cette gageure le mélange attendu de séquences d’action haletantes, d’effets spéciaux époustouflants, d’humour salutaire… et de moments émotionnels souvent insistants. À grand renfort de violons et de dialogues appuyés, le film aime à rappeler, et rappeler encore, que chaque superhéros a perdu ou pourrait perdre des êtres chers, mais que l’abnégation de chacun est totale.

Vertus plaquées

Lui qui a posé le premier jalon de l’Univers cinématographique Marvel en 2008, Iron Man (Robert Downey Jr.) occupe ici une place aussi importante que justifiée. Reléguée pour sa part à la périphérie auparavant, l’antagoniste réformée Nebula (Karen Gillan), des Gardiens de la galaxie (Guardians of the Galaxy), se voit également octroyer davantage de temps d’écran, ce qui s’avère une excellente chose. En revanche, celles et ceux qui ont été séduits récemment par les débuts de Capitaine Marvel (Brie Larson), dans le film d’Anna Boden et Ryan Fleck, se désoleront d’une présence somme toute chiche, le personnage étant en outre réduit à une fonction intermittente de deus ex machina.

Au sujet des personnages féminins d’ailleurs, le film d’Anthony et Joe Russo veut tellement afficher des velléités féministes que le message, tout positif soit-il, apparaît parfois plaqué, voire opportuniste. Dans une séquence en particulier, on assemble tous les personnages féminins en un même plan galvanisant, pour ensuite se borner à un petit moment d’héroïsme collectif vite dissipé dans le chaos ambiant. Les collègues masculins, faut-il le préciser, bénéficient de plus de largesses narratives.

La même solennité de pacotille prévaut lorsque des superhéros blancs passent le flambeau à des successeurs noirs : idée louable, car nul n’est contre la vertu, mais qui sent la bonne conscience et la case « politiquement correcte » cochée au scénario. Bref, très bonnes intentions, manque de naturel à l’exécution.

Savoir finir

Côté structure, on subdivise l’intrigue en trois sous-intrigues vouées à être réunies au dernier acte, et l’alternance entre celles-ci fonctionne, en cela que le rythme ne faillit pas. Hélas, alors qu’arrive l’affrontement final, cette apothéose constituant la culmination de vingt-deux films déclinés en trois phases, on va de reports en épilogues, étirant là où l’on devrait resserrer.

Or, l’ironie est que malgré cette propension à ne pas savoir quand s’arrêter, on ne peut s’empêcher de se demander à la toute fin du film : « C’est tout ? »

Évidemment, non : d’autres productions solos sont déjà prévues ainsi qu’une phase quatre, parce qu’il y a encore plein de milliards de dollars à engranger. À cet égard, si les six pierres d’Infinité sont celles de l’espace, de la réalité, du pouvoir, de l’esprit, du temps, et de l’âme, on peut dire que Disney a su ajouter au lot la pierre de l’argent.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Avengers : Phase finale (V.F. de Avengers : Endgame)

★★ 1/2

Aventures de Anthony et Joe Russo. Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Scarlett Johansson, Mark Ruffalo, Chris Hemsworth, Paul Rudd, Jeremy Renner, Karen Gillan, Don Cheadle. 2019, États-Unis, 181 minutes.