Exarcheia, le chant des oiseaux

Depuis 2008, la Grèce vit une crise financière ayant engendré l’angoisse, mais aussi une volonté de changement. À Athènes, il est un quartier, Exarcheia, en perpétuelle ébullition (une participante s’émerveille de tous les oiseaux qu’on y trouve, d’où le titre). Tandis qu’elle y glane, de nuit, confidences et discussions, Nadine Gomez prend le temps de filmer les rues quasi désertes. En alternance avec des tableaux urbains montrant graffitis et vestiges d’émeutes: une succession de travellings mis bouts à bouts comme autant de faux plans-séquences invitants. Il en résulte une déambulation noctambule aux accents impressionnistes, contrepoint formel cohésif à un fond disparate, la collection d’interventions s’avérant parfois un brin décousue. Quoique ce côté cacophonique était peut-être prémédité. Car tous ces gens dont la cinéaste s’est attardée à écouter la parole, le chant, sont aussi les oiseaux du quartier.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

Exarcheia, le chant des oiseaux (V.O. avec s.-t.f.)

★★★ 1/2

Documentaire de Nadine Gomez. Québec, 2018, 75 minutes.