Rafiki

Ce quartier populaire et quelque peu anonyme de Nairobi pourrait ressembler à celui d’une ville occidentale, avec ces jeunes parfois désœuvrés, parfois pleins de vie. Les deux filles de deux candidats opposés à une élection locale sont aussi différentes que leur père, ce qui ne les empêche pas de vivre un coup de foudre quasi instantané. Dans un pays où l’homosexualité est un crime, leur amour leur fait courir un grand danger, d’autant plus qu’elles sont surveillées de toutes parts. Ce qui débute par une romance juvénile prend peu à peu la forme d’une dénonciation de l’intolérance, illustrant la puissance de la haine envers la différence sexuelle. Rien de très original, mais une véritable audace à l’échelle africaine, où ce cinéma de la diversité sexuelle a bien du mal à exister. La cinéaste kenyane Wanuri Kahiu fait preuve d’un courage que l’on doit saluer.

Notre critique complète

Horaire en salles
 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Rafiki

★★★

Drame sentimental de Wanuri Kahiu. Avec Samantha Mugatsia, Sheila Munyiva, Neville Misati, Nice Githinji. Kenya, 2018, 83 minutes.