Une vie en hauteur (V.F. de High Life)

Certains y verront un curieux croisement entre Alien, de Ridley Scott, et Solaris, d’Andreï Tarkovski, mais c’est d’abord et avant tout une œuvre signée Claire Denis (Beau travail, Trouble Every Day, Un beau soleil intérieur). Elle manipule à sa manière les codes de la science-fiction, offrant une méditation sur la filiation et la rédemption, ainsi qu’une charge, subtile, sur les dérives morales de la science. Tout cela se déroule à l’intérieur d’un vaisseau spatial contenant plusieurs prisonniers, dont l’un incarné par le désormais imprévisible Robert Pattinson, sous la coupe d’une médecin (Juliette Binoche) dont la longue chevelure témoigne de la durée du périple, obsédée à l’idée de créer la vie, à tout prix. Dans ce monde aseptisé et étouffant, les passions sont exacerbées, comme souvent chez Denis, le tout baignant dans un climat énigmatique, déstabilisant et envoûtant.

Notre critique complète

Horaire en salles
 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Une vie en hauteur (V.F. de High Life)

★★★ 1/2

Science-fiction de Claire Denis. Avec Juliette Binoche, Robert Pattinson, André Benjamin, Mia Goth. France–États-Unis–Pologne–Allemagne–Grande-Bretagne, 2018, 113 minutes.