Diamantino

Diamantino, immense star de foot, a perdu le goût du jeu. Être candide désireux de faire le bien, le voici qui adopte Rahim, un adolescent qui est en réalité une jeune femme : Aisha. Agent secret, Aisha le soupçonne de blanchiment d’argent. En parallèle, les soeurs chipies de Diamantino ourdissent un complot contre lui, avec à la clé de curieuses expérimentations hormonales. Décalée, cette satire politico-fantaisiste primée à Cannes affiche une sensibilité résolument queer. Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt maintiennent une esthétique pop et un ton ludique en abordant des enjeux aussi variés que la fermeture des frontières, les turpitudes financières des riches, l’éclatement de l’Union européenne, l’eugénisme et les manières diverses mais toujours fort belles à travers lesquelles l’amour se manifeste. On reste ce faisant en surface, mais comment résister à un tel déploiement de chiots géants, de chatons et de barbe à papa ?

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Diamantino

★★★ 1/2

Fantaisie de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt. Avec Carlotto Cotta, Cleo Tavares, Anabela Moreira, Margarida Moreira. Portugal, 2018, 96 minutes.