Stockholm

Même si les noms ont été changés et que le cinéaste canadien Robert Budreau (That Beautiful Somewhere) a pris quelques libertés avec les faits datant de 1973, celui-ci recrée dans Stockholm les principaux éléments qui ont mené à la création du syndrome du même nom. Des victimes en symbiose avec leur agresseur, on voit cela à l’œuvre pendant les quelques jours où Kaj (Ethan Hawke) prend en otage les employées d’une banque suédoise, dont Bianca (Noomi Rapace), si complices que les autorités sont démunies devant cette situation aussi inusitée qu’absurde. La trajectoire psychologique des personnages est d’une limpidité exemplaire, mais ce thriller souffre d’un rythme hésitant, sans ce grain de folie qu’exigeait l’illustration de cette affaire abracadabrante.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Stockholm

★★ 1/2

Thriller de Robert Budreau. Avec Ethan Hawke, Noomi Rapace, Mark Strong, Christopher Heyerdahl. Canada–États-Unis, 2019, 92 minutes.