Mia et le lion blanc

Documentariste flirtant parfois vers la fiction, Gilles de Maistre a conservé son tempérament patient dans ce plaidoyer pour la préservation des animaux sauvages, épinglant la bêtise des chasseurs sans scrupules. Au centre d’une famille élevant des lions en Afrique du Sud, la jeune Mia s’attache, d’abord malgré elle, à un lionceau qui grandira au même rythme qu’elle (le tournage s’est échelonné sur quelques années pour épouser cette transformation). La complicité est si forte que la jeune fille fera tout pour le protéger des siens et du reste du monde, s’engageant dans une traversée périlleuse. Rien de nouveau dans ce discours lénifiant, mais nécessaire, le tout dans une approche Walt Disney où les couleurs locales s’assimilent à une esthétique de cartes postales.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Mia et le lion blanc

★★ 1/2

Aventures de Gilles de Maistre. Avec Daniah De Villiers, Mélanie Laurent, Langlay Kirkwood, Ryan Mac Lennan. France, 2018, 98 minutes.