Mad Dog Labine

Dans une petite ville du Pontiac, deux adolescentes, la peu loquace et colérique Lindsay et la plus extravertie et joviale Justine, se désennuient comme elles le peuvent. Acheté illégalement, un billet de loto les mettra devant des perspectives inédites. C’est là la prémisse du volet fictif du premier film de Jonathan Beaulieu-Cyr et Renaud Lessard, qui enrichissent leur proposition d’un volet documentaire. Lequel se traduit par des témoignages in situ d’élèves de l’école secondaire de l’endroit, et surtout d’un adolescent prénommé Pascal qui, depuis sa chaloupe au milieu d’un petit lac, devise avec truculence mais justesse sur le lieu et ses habitants. Il résulte de l’exercice le portrait vibrant non seulement d’une région méconnue, mais de la jeunesse qui y réside. Coloré, sensible, authentique, l’ensemble est à l’image du personnage de Lindsay : un peu rough, mais irrésistible.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Mad Dog Labine

★★★ 1/2

Drame de Jonathan Beaulieu-Cyr et Renaud Lessard. Avec Ève-Marie Martin, Zoé Audet, Pascal Beaulieu. Québec, 2018, 85 minutes.