Grâce à Dieu

Avec une retenue exemplaire, François Ozon revient sur l’affaire Barbarin. On suit les parcours d’Alexandre, de François et d’Emmanuel qui, lorsqu’ils étaient enfants, furent agressés par le père Bernard Preynat, figure charismatique du diocèse de Lyon. Épousant les points de vue des trois hommes lors d’autant de chapitres, le cinéaste fait subtilement coller sa réalisation aux tempéraments de chacun. À tour de rôle, on revient en arrière avec eux, brièvement. Avec un tact infini, Ozon évoque ce qui s’est passé juste avant, puis laisse le spectateur imaginer ce qui s’est produit juste après. Au gré des développements, son scénario révèle les nombreux mécanismes permettant au silence de prévaloir. La démonstration est éclairante. Quant aux interprètes, ils sont remarquables de vérité. Lui qui sait pourtant y mettre l’effet, François Ozon maintient tout du long une approche respectueuse et sobre. Grâce à Dieu n’en est que plus bouleversant.

Notre critique complète

Horaire en salles

Grâce à Dieu

★★★★

Drame de François Ozon. Avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, Aurélia Petit, Martine Erhel, Josiane Balasko, Bernard Verley, François Marthouret. FranceBelgique, 2019, 137 minutes.