Une femme en guerre (V.F. de Woman at War)

De quoi sont faits les militants purs et durs ? D’une âme et d’un cœur, comme vous et moi. Le cinéaste islandais Benedikt Erlingsonn (Of Horses and Men) l’illustre avec panache, humour et ingéniosité à travers la figure d’une femme en apparence irréprochable. Or, il ne faut pas se fier à son aisance à pratiquer le taï-chi ou à diriger une chorale : avec arc et flèches, elle démantèle les pylônes électriques de son pays, question de protester contre la mainmise des multinationales. Halla, interprétée avec dévotion par l’étonnante Halldóra Geirharðsdóttir, séduit par sa candeur, mais aussi par l’immensité de ses exploits. Une fable sociale efficace d’un bout à l’autre, pleine de fantaisies esthétiques et musicales, le tout avec des personnages bigarrés comme dans les meilleurs films d’Aki Kaurismäki.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Une femme en guerre (V.F. de Woman at War)

★★★★

Comédie dramatique de Benedikt Erlingsson. Avec Halldóra Geirharðsdóttir, Johann Sigurdarson, Juan Camillo Roman Estrada, Jorundur Ragnarsson. Islande−France−Ukraine, 2018, 100 minutes.