The Aftermath

Après Testament of Youth, une première incursion au cinéma pour le réalisateur anglais James Kent, les attentes étaient grandes, mais il nous faudra encore attendre pour les combler. Cette adaptation d’un roman à saveur biographique de Rhidian Brook ne manque pas d’élégance, bien au contraire, mais statufie les personnages et relègue à l’anecdote les misères du peuple allemand au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Dans ce Hambourg dévasté, l’épouse d’un colonel anglais est rebutée à l’idée de loger dans la somptueuse demeure d’un architecte allemand : ils sont tous les deux endeuillés, et ne mettront pas de temps à se consoler. Tout est ici parfaitement calibré, d’un classicisme irréprochable, mais sous les ruines fumantes, les élans du coeur apparaissent purement décoratifs. À ce chapitre, Keira Knightley et Alexander Skarsgard sont exemplaires, et la chose semble presque regrettable.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

The Aftermath

★★ 1/2

Drame de James Kent Avec Keira Knightley, Jason Clarke, Alexander Skarsgard, Kate Phillips. Grande-Bretagne–Allemagne, 2019, 108 minutes.