«Mad Dog Labine» ou le Pontiac, comme si vous y étiez

Le film de Jonathan Beaulieu-Cyr et Renaud Lessard se voulait d’abord une occasion de filmer un coin qui leur est cher, mais avec lequel les cinéphiles ne sont peut-être pas familiarisés: le Pontiac, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le film de Jonathan Beaulieu-Cyr et Renaud Lessard se voulait d’abord une occasion de filmer un coin qui leur est cher, mais avec lequel les cinéphiles ne sont peut-être pas familiarisés: le Pontiac, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

D’emblée, le titre Mad Dog Labine évoque le nom de scène de quelque lutteur méconnu. Or, on ne trouve rien de tel dans le premier long métrage de Renaud Lessard et Jonathan Beaulieu-Cyr, qui n’est pour autant pas dépourvu au rayon des personnages mémorables, comptant deux héroïnes fictives et un héros réel. Un docu-fiction, donc, ce film exsudant une énergie brute aussi vivifiante qu’irrésistible se voulait d’abord pour les coauteurs une occasion de filmer un coin qui leur est cher, mais avec lequel les cinéphiles ne sont peut-être pas familiarisés : le Pontiac, dans la municipalité régionale de comté du Pontiac.

Lauréat du Grand Prix Focus Québec/Canada au Festival du nouveau cinéma, Mad Dog Labine s’ouvre sur les propos truculents d’un adolescent qui, depuis sa chaloupe ancrée au milieu d’un petit lac, devise sur sa région et les gens qui y résident. Deux choses se produisent alors du côté du spectateur. Tout d’abord, on est complètement charmé par la bonhomie et la parlure du jeune homme. Ensuite, on comprend, eu égard au traitement de ladite parlure, que le regard des cinéastes n’en sera pas un folklorisantou gentiment condescendant. On reviendra sur ce second point.

« Je viens de l’Outaouais, Jo vient du Témiscamingue, et le Pontiac, c’est vraiment la région au milieu, une région qui était un peu un secret qu’on partageait, car peu de personnes la connaissaient, explique Renaud Lessard. Bref, on désirait depuis très longtemps y camper un film. Notre intention était de réaliser une oeuvre in situ. Nous ne voulions pas simplement que la production se déroule dans le Pontiac : nous voulions qu’elle soit conçue là, que le projet entier soit conceptualisé là-bas. Dès lors, il n’y avait plus qu’un pas pour arriver en docu-fiction. »

Ce parti pris in situ est une composante en l’occurrence intrinsèque de la démarche de Renaud Lessard et Jonathan Beaulieu-Cyr, que le second définit ainsi : « On se passionne pour la méthode — de recherche, de production. Une méthode aussi qui peut apporter des changements dans le monde grâce au message du film. Parce que, oui, il y a un message ; il y a un esthétisme, il y a un désir d’aborder la forme de manière décomplexée, de mélanger les tons, mélanger les genres, d’être drôle, d’être dramatique… »

Impliquer une communauté dans la production, si modeste soit-elle, d’un film est en soit un geste vecteur de « changements ».

Filmer des adolescents

 

Sans l’ombre d’un scénario ou d’une prémisse, les deux cinéastes se sont installés dans le Pontiac pendant trois mois en compagnie des coproductrices Ariane Falardeau St-Amour et Fanny Forest, entre observation attentive et en immersion.

En résulta un volet fiction mettant en scène Lindsay « Mad Dog » Labine (Ève-Marie Martin), adolescente peu loquace, tendance misanthrope, laissée à elle-même pendant « le temps de la chasse », et Justine (Zoé Audet), sa meilleure et seule amie, une nature plus extravertie. En achetant illégalement un billet de loterie, elles gagnent 10 000 $ : somme prétexte au dévoilement d’aspirations jusque-là réprimées.

Un pied dans l’enfance et l’autre dans l’âge adulte, Lindsay et Justine se chicanent, se retrouvent, se soutiennent, le verbe vrai et franc, à l’instar de celui du petit pêcheur, auquel on revient ponctuellement. Il s’appelle Pascal Beaulieu, et lui n’est pas un personnage. Quoique. Il est au coeur, ou est le coeur, du volet documentaire.

« En fait, hormis le lieu, une autre certitude qu’on avait c’était qu’on voulait travailler avec des jeunes. L’école secondaire Sieur-de-Coulonge est devenue une composante presque immédiate de l’aventure. Ils nous ont soutenus, aidés », relate Renaud Lessard.

Et pourquoi des jeunes ? La question suscite un moment de réflexion de la part des cinéastes. C’est Jonathan Beaulieu-Cyr qui rompt le silence le premier : « On avait envie de parler du Pontiac tout en sachant que c’est difficile comme environnement social et qu’au niveau économique, il y a beaucoup de challenges. Des personnages adolescents permettaient de toucher à ces difficultés socio-économiques sans sombrer dans le misérabilisme. »

De fait, Mad Dog Labine, qui se déroule en zone semi-urbaine, semi-rurale, ne souscrit pas à une vision de l’avenir défaitiste, au contraire. De renchérir Renaud Lessard : « Les jeunes, c’est porteur d’espoir, et d’avoir ces deux personnages féminins, c’était une belle manière d’imaginer un futur à ce territoire-là. Et en passant, les jeunes qu’on a rencontrés là-bas entendent faire leur vie dans le Pontiac. Ils n’ont pas l’intention de partir, de s’exiler. En sachant ça, en comprenant ça, on a construit les personnages, et l’intrigue, en conséquence. »

Lucidité tranchante

 

Au cours des trois mois qu’elle passa dans le Pontiac, l’équipe réduite organisa notamment des ateliers de jeu. Renaud Lessard et Jonathan Beaulieu-Cyr en profitèrent en outre pour suivre Ève-Marie Martin et Zoé Audet dans divers déplacements du quotidien afin de les aider à oublier la caméra. Ce qui, en retour, permit aux deux vedettes non professionnelles d’improviser avec aisance lors d’un tournage jamais figé, et les plaçant qui plus est présence de partenaires professionnels (Emmanuel Bilodeau, Sébastien Ricard, Charlotte Aubin, Sarah-Jeanne Labrosse, etc.).

Et Pascal Beaulieu, de quelle manière sa chaloupe et lui se retrouvèrent-ils intégrés au film ? « En amont, on a fait des entrevues avec les élèves intéressés par le film, garçons et filles, tout en sachant que l’histoire serait probablement centrée autour de personnages féminins. Pascal a marqué l’imaginaire. Il ouvre la bouche et il parle avec une lucidité qui est tranchante, mais avec une certaine naïveté aussi, qui est pure », résume Renaud Lessard.

Malheureusement, à mesure que le récit prenait forme, il apparaissait évident qu’il n’y avait pas de rôle pour lui. « Pascal était tellement motivé à participer, et on voulait absolument l’intégrer… On s’est dit qu’on pourrait utiliser du matériel avec lui pour un court métrage documentaire, voire pour de la promo liée au film. On a tourné le volet fiction et le volet documentaire en parallèle ; les deux cohabitaient sans être encore unis », précise Jonathan Beaulieu-Cyr.

C’est au montage que la fusion, à ce stade évidente, organique, survint.

Très distinctif

 

Au sujet de la langue, un amalgame de français et d’anglais affichant une parenté avec le chiac sans que ce soit tout à fait cela, Jonathan Beaulieu-Cyr confirme que Renaud Lessard et lui étaient conscients du risque de succomber au pittoresque. Leur attitude fut ainsi de constante autocritique.

« On s’est méfiés de nous-mêmes, de notre façon de nous présenter là-bas pour faire un film, confie Jonathan Beaulieu-Cyr. On ne voulait pas interroger ce territoire avec une attitude de gun sur la tempe pour lui soustraire ce qu’il a de mieux. On a pris garde de ne pas adopter une approche colonisatrice. Ironiquement, on n’a rencontré aucune méfiance de la part des gens du Pontiac eux-mêmes, qui ont été spontanément très ouverts à notre proposition initialement assez vague. »

Par rapport à la langue encore, Renaud Lessard indique que son acolyte et lui étaient déterminés à ne pas tomber dans ce qu’il appelle « l’exotisation » de cet espace et de ses habitants.

« Ce n’est pas très éloigné, mais c’est très distinctif, insiste-t-il. Un des trucs que je trouve vraiment punk de Mad Dog, c’est que la grande ville proche, c’est Gatineau. Quand est-ce qu’on voit Gatineau au cinéma ? Au début, les élèves pensaient qu’on s’était perdus. Ils ne comprenaient pas qu’on s’intéresse à eux. Le cinéma ne s’était encore jamais intéressé à eux. »

C’est maintenant chose faite, et — merveilleusement — bien faite.

Mad Dog Labine prend l’affiche le 5 avril.