Tenir tête

Comme Icare, Louis, Frédérique et Mathieu ont connu une envolée stratosphérique avant de chuter brutalement dans les ténèbres. Tenir tête croise leur expérience intime du trouble affectif bipolaire qui les unit dans une formule hybride généralement habile tenant tout à la fois du récit documentaire et de la franche confession dans un amalgame d’une générosité inouïe. À la barre de cette mise à nu, à la fois juge et partie, Mathieu Arsenault épate de retenue à la caméra comme au scénario. Le nécessaire dosage entre ombres et lumières que commande la maladie colle à la structure de Tenir tête, qui assume candidement sa part d’espoir. L’imbrication avec les témoignages des proches cahote bien un peu, mais le dénuement des mots-scalpels dont use le trio pour raconter la psychose tranche le réel dans le vif, l’exposant comme rarement à l’écran.

Notre critique complète

Horaire en salles

Tenir tête

★★★ 1/2

Documentaire réalisé et scénarisé par Mathieu Arsenault. Montage : Luc Mandeville. Québec, 2019, 78 minutes. En salle dès maintenant et en version abrégée à Unis le 13 mai à 21 h.