Les éternels (V.F. de Jiang Hu Er Nu)

Dans les limites qui lui sont permises, et avec son habileté à les repousser discrètement, Jia Zhang-ke (Plaisirs inconnus, The World) présente depuis longtemps un visage à la fois délicat et impitoyable de la Chine. Et il le fait toujours à travers la grâce de Zhao Tao, son actrice fétiche depuis près de vingt ans. Le cinéaste couvre une période équivalente dans ce film qui s’approprie quelque peu les codes du monde des gangsters, mais pour mieux épingler les dérives d’un pays embrassant le progrès économique à tout prix, et à toute vitesse. Un couple de petits brigands croit dominer son patelin en 2001, mais les rivalités de clans, et les autorités, auront raison d’eux. Ils traverseront les années en s’imprégnant des nouvelles valeurs d’une société à la moralité variable faisant table rase du passé, des paysages, et des gens qui les habitent. Une autre radiographie étonnante et mélancolique dont Jia Zhang-ke a le secret.

Notre critique complète

Horaire en salles

Les éternels (V.F. de Jiang Hu Er Nu)

★★★ 1/2

Chronique de Jia Zhang-ke. Avec Zhao Tao, Liao Fan, Feng Ziaogang. Chine−France, 2018, 141 minutes.