Ruben Brandt, collector

Encore plus opulente et plus spectaculaire que la plus imposante exposition dans l’un des musées les plus célèbres du monde, Ruben Brandt, collector célèbre les œuvres des grands maîtres et des grands cinéastes de manière aussi ludique qu’éblouissante. Le cinéaste d’origine slovène Milorad Krstic, établi en Hongrie, nous offre une superbe fantaisie animée plongeant à la fois dans la grande histoire de l’art et au plus profond de l’inconscient. Tel un cordonnier mal chaussé, Ruben, un éminent thérapeute assailli de cauchemars sanglants depuis l’enfance, enrôle quatre de ses patients, de véritables superhéros, pour dérober 13 tableaux majeurs signés Warhol, Renoir et Botticelli, sources de toutes ses angoisses. Un magnifique prétexte pour déambuler dans les dédales de la culture occidentale et révéler à quel point l’art ne fait pas que du bien : il dévoile des pans secrets de nos angoisses les plus profondes.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Ruben Brandt, collector

★★★★

Film d’animation de Milorad Krstic. Hongrie, 2018, 96 minutes.